Des orchidées qui en ont dans le sabot !

Détail de floraison du sabot de Vénus

Cypripedium calceolus L – ou sabot de Vénus – excelle en inventivité pour se faire féconder par les abeilles de passage… Attirée par une substance odorante sécrétée par la fleur, l’abeille tombe dans son sabot. Piégé, l’insecte ne peut s’en sortir qu’en pollinisant la fleur.

Famille Orchidaceae

Noms vernaculaires 
En français : sabot de Vénus , sabot de la Vierge, soulier de Notre-Dame, pantoufle Notre-Dame
En anglais : Lady’s-Slipper
En allemand : Frauenschuh 
En italien : Pianelle della Madonna

Le nom de genre vient du grec pedilon (= chausson), et de Cypris, qui est l’un des noms de Vénus (Aphrodite) sur l’île de Chypre. Cela donne «chausson de vénus», en référence à la forme des fleurs et plus précisément de leur labelle.
Le nom d’espèce calceolus signifie «petite chaussure» en latin. 

Aire géographique
Notre cypripède est une plante d’origine eurasiatique, qui pousse dans les forêts claires et buissonnantes des étages collinéens et subalpins des zones tempérées européennes et asiatiques (des Pyrénées jusqu’en Corée).
C’est une des orchidées sauvages les plus spectaculaires de nos contrées.
Le sabot de Vénus est le seul représentant du genre Cypripedium en Europe (env. 58 espèces dans le monde). 

Description
Notre cypripède est une orchidée terrestre de 15 à 50 cm de haut, avec un rhizome souterrain épais. Elle pousse en touffe de 2 à 6 tiges, au système racinaire commun. Sa tige pubescente, avec une gaine basale, porte de 2 à 4 feuilles caulinaires alternes, ondulées, ovoïde et pointues. Notre orchidée (sans éperon) possède de 1 à 3 fleurs, aux tépales brun-rougeâtres (env. 5 cm de long), avec un labelle renflé en forme de sabot, de couleur jaune parsemé de points bruns (3 à 4 cm de long). Comme tous les Cypripedium, elle possède 2 étamines et 3 stigmates fertiles. Son labelle possède des poils odorants à l’intérieur du sabot. La plante fleurit chez nous de mai à juillet de manière très spectaculaire. Elle est très rustique et support des températures largement inférieures à zéro degré Celsius. Elle pousse dans des sols calcaires riches en humus. Sa capsule produit d’innombrables petites graines, qui ont besoin d’un champignon symbiotique pour germer et croître, principalement à l’ombre. Notre remarquable fleur piège une petite abeille du genre Andrena dans son labelle, l’obligeant à faire une pollinisation croisée alors qu’elle butine de fleur en fleur. 

Histoire et usages
Comme tous les cypripèdes, le sabot de Vénus contient de la cypripédine qui rend notre orchidée toxique. 
Elle ferait fuir les esprits maléfiques dans la tradition populaire russe.
Notre espèce est menacée dans beaucoup de pays européens à cause des cueillettes et des arrachages. 
Elle fait l’objet d’une protection intégrale en Suisse et en France voisine. 
Au niveau international, elle appartient à l’Annexe II de la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction).

Emplacement au jardin
En fleurs dans les rocailles sur le massif des plantes menacées, ainsi que dans le massif des Alpes occidentales 1.

 Les orchidées, reines de la tromperie!