Exposition permanente

Art et évolution

Cimaises

Du 
4 mai 2022 au 31 mai 2025

exposition des cimaises 2022

Démarche de projet en médiation participative

Découvrez ici comment groupes scolaires et médiateurs ont travaillé tout au long d’une année scolaire. Espace d’expression du public scolaire, et exposition originale issue d’une co-construction expérimentale, ce projet trouve ses racines dans l’exposition «Le grand bazar de l’évolution» présentée en 2021.

Nous leur avons donné la parole après les avoir accueillis dans l’exposition. Comment se sont-ils approprié l’exposition? Qu’ont-ils perçu? Comment ont-ils mené la démarche en classe? Quels concepts de la théorie de l’évolution sont retranscrits dans leurs réalisations artistiques?

Les étapes intermédiaires de leur travail sont illustrées par des photos qui accompagnent leurs textes. L’ensemble des 16 panneaux est exposé dans le passage sous la route de Lausanne

Informations pratiques

Lieu

Conservatoire et Jardin botaniques de Genève

Lieu de rendez-vous

Passage sous la route de Lausanne

Type de public

Tous publics

Conditions tarifaires

Gratuit

Organisateur·rice

Magali Stitelmann
1. Les Évolutionnaires
cimaise 1 en cours de realisation

Suite à la visite atelier au Jardin Botanique, nous avons longuement discuté avec nos élèves sur la notion d’évolution.
Puis au fil de séances d’atelier, on s’est donné du temps pour s’exercer au «Grand Jeu de l’évolution»: un enfant découpe en papier une forme vivante fantastique simple (végétale et/ou animale) et celle-ci est reprise par un autre élève qui la fait évoluer à sa guise, et ainsi de suite par le suivant. Nous avons aussi, au préalable, exercé la technique picturale et graphique sur papier en petite taille, avant d’attaquer le panneau.

Tous ces travaux préparatoires nous ont permis de réaliser le travail final à chaud, sans croquis préliminaire. Avec les enfants, nous l’appréhendons comme un jeu où il faut se laisser surprendre par l’évolution aléatoire de tous ces organismes, comme dans la nature!
Au centre, on trouve différentes formes vivantes simples découpées en papier et entourées de marques jaunes, vertes et oranges. À partir de là, ces formes-espèces–organismes évoluent par l’action créatrice de différents élèves qui interviennent à tour de rôle sur le travail collectif.

Lorsqu’une espèce est issue de deux créatures différentes, les pointillés deviennent bicolores. On peut ainsi reconstruire le processus évolutif d’une espèce en suivant les pointillés pour retrouver son origine au centre du tableau.

École du Seujet, Constanza Bravo, Jacques Fournier (6P)

2 et 3. Carnet d’exploration
cimaise 2 en cours de realisation

Après une matinée de visite-atelier au Jardin botanique pour découvrir l’exposition «Le grand bazar de l’évolution», les élèves ont travaillé en classe afin d’approfondir leurs connaissances sur le sujet et les différentes théories. Par la suite, nous nous sommes projetés dans un processus évolutif et avons imaginé les insectes du futur : nom, forme, caractéristiques, couleurs, pays d’origine.

Chaque élève a inventé une nouvelle espèce en imaginant son apparence ainsi que sa fiche d’identité. Ils ont travaillé individuellement ou par groupe de deux, d’abord sous forme d’esquisse papier puis en mettant leur travail en volume. Toutes ces fiches de terrain constituent un carnet d’exploration daté du 4 mai 2222.

École d’Avanchets-Salève, Mélodie Cabrini,  Sophie Galli (6/7P)

4, 5, 6 et 7. Un tout
cimaise 4 en cours de realisation

Quadriptyque sur panneaux en bois, objets en bois sciés, peinture acrylique & stylos Posca.

Le quadriptyque invite à voir notre monde et ce qui le compose sous le même angle, comme un tout.

Cette composition met en avant la ressemblance entre le microscopique et le macroscopique. Les cercles permettent d’assembler les différents mondes: cellulaire, végétal et animal. De plus, ce rond représente en premier lieu une vue au microscope sur des cellules pour devenir progressivement le cercle de la Terre elle-même. Finalement, le tout est teinté d’une petite touche d’imaginaire.

Ce projet a été inspiré par la vidéo du couple de designers Charles et Ray Eames «Power of Ten» (puissance de dix en français). Cette vidéo illustre un voyage de l’infiniment grand à l’infiniment petit. Cela permet de relativiser la notion de taille dans l’univers et de réévaluer la place de l’homme au sein de celui-ci.

École de Sécheron, Johanna Da Silva Martins, Géraldine Ganz et Alexandra Fayet (7/8P), Lucie Audergon (8P), Omar Urtasun (8P)

8. Jeu de l’oie, jeux de hasard
cimaise 8 en cours de realisation

Le «bazar de l’évolution» nous a fait penser à un jeu immense, un jeu de hasard sans sens directif évident, avec un chemin qui pourrait aller dans plusieurs sens. Ce ne serait pas forcément avancer ou reculer, d’ailleurs tous les nombres n’y sont pas.

Des plantes et des animaux chimériques se mêlent au chemin qui serpente. Les chiffres et les nombres sont faits de graines, de bouts de plantes photographiés et mélangés à notre peinture.

C’est un chemin d’eau et de plantes habité d’animaux.

Le jeu de l’oie suit les règles du hasard: jeter ses dés et avancer ou reculer.

École de Laconnex, Sara Dene Rodriguez, Cécile Goepfert Ambrics (6/7P)

9. Animarbres
cimaise 9 en cours de realisation

On a pensé à une forêt, une forêt du début, peut-être du «début du monde».

Chacun, chacune a fait un ou plusieurs arbres, comme il, elle le souhaitait, des arbres uniques et différents. Des arbres dans la même forêt.

Et il y a eu l’envie de mettre de l’eau à leurs pieds. Quelques formes de vie y ont pris place.

Les branches de nos arbres ont été comme autant de branches d’arbres phylogénétiques imaginaires. Nous avons placé à certaines de leurs extrémités ou posés sur leurs branches des êtres vivants formés plastiquement de plantes et d’éléments végétaux photographiés.

École de Laconnex, Sara Dene Rodriguez, Cécile Goepfert Ambrics (6/7P)

10. Où est LUCA?
cimaise 10 en cours de realisation

À quoi pouvait bien ressembler notre ancêtre commun universel? Lors des journées artistiques, les élèves ont créé des dizaines de LUCA imaginaires à partir de tâches d’encre aléatoires. Afin d’exploiter ce matériel riche et ludique, ce panneau interactif propose aux visiteurs de chercher, au milieu d’une myriade de LUCA potentiels, celui que les élèves ont choisi comme étant l’original.

École de culture générale Henry-Dunant, Valérie Brander et Michel Pomatto (2e année, section arts)

11. La-vie-rynthe
cimaise 11 en cours de realisation

Cette équipe a choisi de représenter la diversité du monde végétal actuel, tout en montrant comment les espèces ont traversé le temps pour se diversifier. À l’origine de la vie, donc à l’endroit du point de fuite d’où démarre toute la perspective du labyrinthe, on retrouve bien sûr LUCA.

Au fil du temps, certaines plantes ont disparu, restées sous forme de fossiles dans une impasse du labyrinthe. Enfin, une jungle foisonnante entoure tout le panneau symbolisant la biodiversité de l’époque actuelle. Ce sont les espèces qui sont sorties du labyrinthe.

École de culture générale Henry-Dunant, Valérie Brander et Michel Pomatto (2e année, section arts)

12. Jeux de hasard
cimaise 12 en cours de realisation

L’équipe a décidé d’illustrer qu’il y a une part non négligeable de chance et d’éléments aléatoires dans l’évolution des espèces. Jeux de casino où se mêlent animaux et végétaux, dont les caractéristiques physiques sont tirées au sort par les dés, les cartes ou encore la roulette. Les mots clés et les 4 lettres (A, C, G, T) qui représentent les bases de l’ADN viennent renforcer le message véhiculé.

École de culture générale Henry-Dunant, Valérie Brander et Michel Pomatto (2e année, section arts)

13. Jeu de plateau «évolution»
cimaise 13 en cours de realisation

Sur un plateau géant inspiré du Monopoly, les espèces avancent et tournent sans fin, en traversant des cases jalonnées d’embûches et d’opportunités. Ce groupe a choisi d’illustrer comment contraintes et innovations font évoluer au fil du temps les différentes formes de vies. Par exemple, la compétition, mais aussi la symbiose et la coopération ou encore l’extraordinaire capacité d’adaptation des êtres vivants.

École de culture générale Henry-Dunant, Valérie Brander et Michel Pomatto (2e année, section arts)

14. Bazarévo, le jeu de l’évolution
cimaise 14 en cours de realisation

Jouer à la vie et à la mort, avec des pions évolutifs dans un environnement variable… Les règles sont simples: tirer les dés pour savoir quels défis seront rencontrés (glaciation, mutation, compétition…), tourner la flèche de la roulette pour connaître partenaires ou prédateurs, et enfin, évoluer ou disparaître, tel est le jeu de l’évolution.

École de Conches, Mélanie Derron Jänicke, Jérémie Vial (8P)

15. Empreintes d’une histoire à suivre
cimaise 15 en cours de realisation

Spirale du temps portant des traces de la théorie de l’évolution. En commençant par les fossiles et jusqu’aux codes génétiques, en passant par la morphologie futuriste de plantes, superbes, qui restent encore à découvrir… Histoire à suivre!

École du Bélvédère, Mélanie Derron Jänicke, Elodie Kallen (8P)

16. Mais quel bazar dans ce buisson!
cimaise 16 en cours de realisation

Éléments en terre cuite, posca, peinture

Création d’un buisson phylogénétique à partir de plantes imaginaires, qui collaborent entre elles et s’envoient des messages par les racines ou dans les airs…  LUCA, l’ancêtre commun universel du buisson se trouve au centre.

École de Conches, Mélanie Derron Jänicke, Corneel Mertens (8P)

L’inauguration en images…

Vous avez été nombreux à participer au vernissage de cette nouvelle édition des cimaises le 4 mai 2022.
En voici quelques souvenirs photographiques.